English

Abécédaire Entrepreneuriat

A

Aides (à la création): Il existe de nombreuses aides financières pour les créateurs d’entreprises, pouvant être octroyées par le gouvernement, les communautés locales, la région ou la province. Ces aides sont attribuées aussi bien en fonction du projet, que du secteur d’activité, du lieu d’implantation, du statut du créateur au moment de la demande de subvention, ou des investissements à réaliser. Le gouvernement peut jouer un rôle prépondérant dans la réussite de lancement d’une entreprise, grâce aux aides et subventions qu’il alloue. D’abord, il attribue des aides pour dynamiser l’activité économique de certaines zones géographiques.

Analyse: Étape d’analyse. Le chef d’entreprise doit établir ses prévisions sur une période de 12 à 18 mois.

B

B to B (Business to business) : Relations commerciales entre professionnels.

B to C (Business to consumer ): Relations commerciales entre professionnels et consommateurs.

Benchmarking : Etalonnage des pratiques d’une entreprise par rapport à celles d’une autre sur une activité comparable (exemple : concurrent reconnu pour sa performance dans un domaine donné). Observation et analyse critique des pratiques de la concurrence ou des secteurs d’activité pouvant avoir des modes de fonctionnement copiables. Le benchmark ne vise pas que les concurrents. Il s’agit en quelque sorte d’une “pêche aux bonnes idées”.

But lucratif : Une entreprise à but lucratif, est une entreprise dont l’objectif principal est la réalisation de bénéfices. Par opposition, une entreprise “à but non lucratif”, conviendra à des personnes désirant se regrouper autour d’un projet dans un but autre que le partage de bénéfices : la promotion d’une activité sportive, la découverte d’une région, la réalisation d’économies, l’insertion de personnes en difficulté, le développement local, le test d’une nouvelle activité, etc. La réalisation de profits est possible, mais cela ne doit pas être l’objectif premier de l’entreprise.

But non lucratif : Une entreprise “à but non lucratif”, est une entreprise regroupant des personnes autour d’un projet dans un but autre que le partage de bénéfices : la promotion d’une activité sportive, la découverte d’une région, la réalisation d’économies, l’insertion de personnes en difficulté, le développement local, le test d’une nouvelle activité, etc. La réalisation de profits est possible, mais cela ne doit pas être l’objectif premier de l’entreprise.

C

Cartes de visites: Votre carte de visite est en premier lieu votre carte d’identité professionnelle. Elle détaille qui vous êtes et quel est votre rôle dans l’entreprise. Mais au-delà de vos nom, fonction et des informations clés sur votre société (nom, logo, adresse, téléphone, fax, email et site internet), elle doit aussi rappeler à votre interlocuteur ce qui rend votre entreprise unique et intéressante.

Cible: Définir sa cible clientèle consiste donc à déterminer très précisément qui seront nos principaux clients, quels sont ceux qui seront les mieux placés pour acheter ou consommer notre production. Cette segmentation peut reposer sur plusieurs critères, à savoir : particuliers / entreprises / administrations.

Clients: Agent économique ayant manifesté un intérêt pour le produit désigné ou une intention d’achat.

Communication: En communication, tout signe transmis doit posséder une forme, mais aussi renvoyer à un concept reconnaissable.  Donner une signification, un sens à un produit.

Concurrents: Entreprises proposant des produits ou services similaires.

Comptabilité: La comptabilité est une discipline pratique, consistant à schématiser, répertorier et enregistrer les données chiffrées permettant de refléter et de qualifier, pour une entreprise, aussi bien l’ampleur de son activité économique que ses conséquences sur l’inventaire de son patrimoine. Au sein d’une entreprise, cette discipline est mise en œuvre par le comptable ou l’agent-comptable, éventuellement assistés d’experts comptables et de logiciels, bureaux ou agences spécialisés.

Crédibilité: C’est la clé dont tout chef d’entreprise, quels que soient son âge et son expérience, doit se munir pour ouvrir les portes de son projet (et forcément des capitaux auprès des banquiers). La crédibilité englobe différents domaines comme la tenue vestimentaire, la façon de parler, la confiance en soi et les compétences.

Culture entrepreneuriale: Ensemble des valeurs et des convictions partagées, des savoir-faire, des savoir-être et des savoir-agir qui orientent plus ou moins consciemment le comportement des personnes, des institutions et de la population à l’égard de l’entrepreneuriat. La culture entrepreneuriale peut être assimilée à un environnement propice à l’émergence de l’entrepreneuriat et des valeurs entrepreneuriales, ainsi qu’à la reconnaissance de la contribution des entrepreneurs à leur milieu.

D

Demande: Ensemble des acheteurs potentiels du produit ou du service que l’on veut commercialiser. En création d’entreprise, il faut vérifier qu’il s’agit bien d’une “demande solvable” et que les futurs clients sont réellement accessibles.

La demande dépend, selon le cas, de plusieurs facteurs interdépendants :

– la nature plus ou moins impérieuse du besoin,

– le prix proposé,

– le prix des produits concurrents directs ou indirects,

– le pouvoir d’achat des prospects,

– la démographie,

– l’évolution des modes de consommation,

– la réglementation,

Démarche administrative: La création d’entreprise implique certaines démarches et formalités, qu’il s’agisse d’une société ou d’une entreprise individuelle. Mais les formalités de création sont plus simples qu’on ne le croit, notamment grâce à internet.

E

Elevator pitch/présentation éclair: Présentation très courte et percutante d’un projet dans l’objectif de convaincre un investisseur de le financer. Le terme est un anglicisme signifiant “petite présentation d’ascenseur” qui exprime bien la rapidité nécessaire à sa réalisation.

Embaucher: Il est essentiel d’engager les bonnes personnes pour assurer le succès de votre entreprise. C’est pourquoi les entrepreneurs devraient mettre en place un processus formel d’embauche lorsqu’ils désirent recruter du personnel.

Au prix de temps et d’efforts pour trouver les bonnes personnes, vous augmenterez vos chances d’engager les employés les plus performants tout en évitant les erreurs coûteuses et regrettables. De nombreux entrepreneurs savent d’instinct si le candidat convient au poste ou pas. Vous ne devriez pas toutefois vous fier uniquement à votre intuition. Le processus de recrutement devrait s’appuyer sur des facteurs solides et objectifs.

Emplacement: Endroit physique où est installé un point de vente.  La qualité d’un emplacement est une condition essentielle de viabilité pour une boutique, une échoppe, un magasin ou  autre lieu de vente sur place (ex : café). Cette qualité se définit par rapport à différents critères : fréquence et intensité de passage de clients potentiels, attractivité commerciale de l’environnement ; commodités favorisant la fréquentation du lieu dans lequel se situe le point de vente.

Enregistrement: En tant que futur entrepreneur ou nouveau propriétaire d’entreprise, vous êtes sûrement conscient de l’importance de passer le mot au sujet de votre entreprise. En plus de publiciser votre entreprise auprès de clients potentiels, vous devez mettre le gouvernement au courant de vos plans. Il vous faudra peut-être enregistrer votre entreprise auprès de nombreux ordres de gouvernement pour différentes raisons. http://canadabusiness.ca/fra/page/2730/

Entrepreneuriat: Aptitude d’une personne à transformer les idées en action L’entrepreneuriat suppose de la créativité́, du leadership, de l’esprit d’initiative, d’innovation et d’acceptation des risques, ainsi que la capacité́ de planifier et de gérer des projets en vue d’atteindre des objectifs de développement Dans un sens large, l’entrepreneuriat est un état d’esprit qui peut être utilement appliqué dans toutes les activités de travail et dans la vie, ce qui en fait une compétence clé́ pour tous

Environnement: Il existe de nombreuses définitions de l’environnement. Aujourd’hui, l’environnement est surtout compris comme l’ensemble des composants naturels de la planète Terre, comme l’air, l’eau, l’atmosphère, les roches, les végétaux, les animaux, et l’ensemble des phénomènes et interactions qui s’y déploient, c’est-à-dire tout ce qui entoure l’Homme et ses activités.

Etude de marché: Travail de collecte et d’analyse d’informations aux fins de déterminer les caractéristiques d’un marché (demande, offre, environnement…) et d’évaluer son potentiel. L’étude de marché a pour principal objectif de réduire les risques d’échec, en permettant au chef d’entreprise de prendre les mesures adéquates pour s’insérer durablement sur son marché et, à plus long terme, de mieux cerner les forces en présence.

Toutefois, à plus court terme, l’étude de marché a d’autres objectifs, tout aussi importants, tels que :

– vérifier l’opportunité commerciale de se lancer,

– évaluer son chiffre d’affaires prévisionnel,

– effectuer les bons choix pour faire aboutir le projet,

– crédibiliser sa démarche auprès des partenaires.

F

Financement: Terme générique désignant le besoin de capitaux ou la solution financière apportée à ce besoin. Le financement d’un projet de création d’entreprise peut comporter un ensemble de solutions financières : apport personnel ; ouverture du capital à des tiers ; subvention ; crédits bancaires ou extra-bancaires, etc.…

Fiscalité: On entend par fiscalité canadienne le régime de droit fiscal en vigueur au Canada et dans les provinces et territoires. Le système fiscal canadien se compose essentiellement d’un impôt sur le revenu des particuliers et des sociétés ainsi que des taxes à la consommation. En matière d’impôt sur le revenu, la principale loi fédérale est la Loi de l’impôt sur le revenu du Canada. En matière de taxes à la consommation, la principale loi est la Loi sur la taxe d’accise. La perception des impôts et l’administration des lois fiscales fédérales est assurée par l’Agence du revenu du Canada, la principale agence du Ministère du Revenu National du Canada. Les provinces et territoires ont également leur propre système fiscal. En matière d’impôt sur le revenu les lois fiscales provinciales renvoient pour l’essentiel à la loi fédérale et la perception des impôts est confiée à l’Agence du revenu du Canada. Le Québec est la seule province à s’être dotée d’une loi de l’impôt sur le revenu complète (la Loi sur les impôts) bien que calquée dans sa plus grande partie sur la loi fédérale. Les provinces de l’Ontario et de l’Alberta perçoivent cependant leur propre impôt sur le revenu des sociétés. https://www.ic.gc.ca/eic/site/cilp-pdci.nsf/fra/cl00697.html

 

Fournisseurs: Le fournisseur peut être une personne physique ou morale, qui soit fabrique ou transforme des produits contrôlés, soit exerce des activités d’importation ou de vente de ces produits.

G

Garantie personnelle : Garantie donnée par des personnes en faveur d’un entrepreneur.

Le cautionnement et l’aval sont des garanties personnelles. La caution ou l’avaliste (on dit aussi avaliseur) assumera l’engagement de l’entrepreneur si celui-ci vient à être défaillant.

Le cautionnement se concrétise par la signature d’un engagement de caution (contrat unilatéral). L’aval se concrétise, quant à lui, par l’apposition sur un effet de commerce de la mention manuscrite “bon pour aval” suivi de sa signature.

 

Gérant : Dirigeant d’une société de personnes ou d’une SA. https://www.ic.gc.ca/eic/site/cd-dgc.nsf/fra/h_cs03924.html

 

Grand livre : Registre reprenant et ventilant selon le plan comptable les écritures du livre-journal. Il classe, par nature de compte, les informations saisies dans l’ordre chronologique par le livre-journal. Il est obligatoire pour les entreprises commerciales ou artisanales soumises à un régime réel d’imposition.

H

Holding : Société généralement sans activité de production dont l’actif est constitué de titres de participation dans d’autres sociétés dont elle est la société-mère.

Deux catégories de holding :

– holding pur qui détient exclusivement des titres sociaux de ses filiales et n’exerce aucune activité

– holding mixte qui assure également des services de gestion et d’administration qu’elle facture à ses filiales.

I

Idée d’entreprise : L’idée est la première phase de la création d’un projet et la base pour la naissance de toute entreprise.

COMMENT NAÎT UNE IDÉE D’ENTREPRISE ?

L’idée qui va aboutir à la création d’une entreprise peut avoir de nombreuses origines. Elle peut être le fruit d’une expérience professionnelle, naitre d’un savoir-faire, d’une formation ou tout simplement, être le résultat d’une série de circonstances engendrées par un désir profond ou une intuition. L’idée peut être soit un nouveau concept, soit l’accomplissement d’un ancien concept qu’on développe avec un accord juridique. La réalisation de cette idée est ensuite liée à la motivation et à la détermination de vouloir investir et parvenir à surpasser les difficultés qui se présenteront dans le parcourt de la création du projet.

Incubateur : Structure d’accompagnement spécialisée offrant une palette de services adaptés aux porteurs de projets innovants, mobilisant autour d’eux un ensemble de ressources techniques et logistiques et les hébergeant jusqu’à leur sortie vers une pépinière ou un local industriel.

Innovation : Les entreprises innovantes sont celles qui jouent un rôle décisif dans l’économie d’une région ou d’un pays. Ce sont aussi celles qui ont besoin d’un accompagnement et d’un financement particulier.

Résultat d’un processus aboutissant :

– à une amélioration sensible d’un produit/service/procédé existant,

– ou à la création d’un produit/service/procédé nouveau.

Investisseurs : Personnes qui disposent de capitaux qu’elles sont prêtes à risquer.

Inventaire : Dénombrement et évaluation de biens.

J

Jeune entreprise innovante Statut fiscal très avantageux que peuvent obtenir les entreprises réellement nouvelles de moins de 8 ans qui engagent pour chaque exercice des dépenses en “recherche et développement” représentant au moins 15 % de leurs charges totales.

Journal des recettes Registre enregistrant de manière chronologique les recettes professionnelles. Il est obligatoire pour les entreprises relevant du régime fiscal de la micro-entreprise.

L

Leader : Être un bon leader, quand vous gérez une organisation, les compétences en leadership sont un aspect essentiel de votre réussite. Les qualités de leader peuvent être innées, mais elles peuvent aussi être apprises. De plus, différents styles de leadership conviennent à différents types d’environnement d’entreprises. Quand vous connaissez vos forces et vos faiblesses, vous pouvez développer des compétences qui font de vous un leader efficace, motivent vos employés et favorisent un environnement propice au travail d’équipe.

Leadership : Le leadership consiste presque entièrement à gérer les personnes. Avoir des idées géniales et une vision stratégique ne vous mènera pas très loin si vos employés ne sont pas disposés à vous suivre. Trop d’entrepreneurs tiennent par ailleurs les compétences en leadership pour acquises.

Législation : Trouvez de l’information au sujet de vos droits et obligations liés à votre secteur d’activité. Conformez-vous à la règlementation en ayant les bons outils et guides. http://entreprisescanada.ca/fra/page/2749/

Licence : Autorisation administrative permettant d’exercer un commerce ou une activité réglementée. Autorisation d’exploiter un brevet d’invention.

http://www.ressourcesentreprises.org/infoconseilpme/faire-croitre-son-entreprise/gerer-les-operations/la-reglementation-et-les-permis/

Limites : Le constat auquel se soumettent parfois difficilement les chefs d’entreprises : les banques n’ont pas réponse à tout et ne peuvent pas leur accorder toujours tout selon leurs attentes.

 

Liquidité : Qualité d’une créance ou d’un bien, à être transformé en argent (pour sa contre-valeur), plus ou moins rapidement et facilement.

Livre de paie : Registre coté et paraphé reproduisant les mentions figurant sur les bulletins de paie.

Livre d’inventaire : Registre sur lequel sont relevés tous les éléments d’actif et de passif au regard desquels sont mentionnées la quantité et la valeur de chacun d’eux à la date d’inventaire (immobilisations, créances, dettes, stocks). Il est obligatoire pour les entreprises commerciales soumises à un régime réel d’imposition.

Livre journal : Registre sur lequel sont enregistrés, de manière chronologique, tous mouvements affectant le patrimoine de l’entreprise, opération par opération et jour par jour. Tout enregistrement précise l’origine de l’opération et les références de la pièce justificative correspondante. Il est obligatoire pour les commerçants soumis à un régime réel d’imposition, les sociétés commerciales et les artisans assujettis à la TPS et conseillé pour les autres.

M

Marchandises: Biens achetés par l’entreprise et revendus en l’état.

Marché disponible: Lorsque l’on réalise une étude de marché concernant un point de vente, on doit calculer le marché théoriquement disponible le concernant.

Marché (d’une entreprise) : Un marché est un système d’échanges commerciaux et financiers. A propos d’une entreprise en création, quand on parle de “son marché” il s’agit de l’ensemble des clients potentiels de celle-ci.

Un marché peut se définir également à propos d’un produit déjà commercialisé, d’une marque existante ou d’une entreprise déjà installée. Dans ce cas, il s’agit de l’ensemble des clients achetant ce produit, ou achetant les produits de cette marque ou des clients de cette entreprise.

Quand on analyse le marché d’un produit, on étudie :

– “la demande” : les consommateurs de ce produit, donc les clients potentiels,

– “l’offre” : les concurrents opérant sur le marché de ce produit,

– et “l’environnement” : tous les éléments qui influent directement ou indirectement sur le fonctionnement de ce marché, par exemple démographie, réglementation, conjoncture, etc.

Marge: Différence entre un prix de vente et un coût.

Marge commerciale: La marge commerciale (ou marge commerciale brute) est le “supplément de valeur” apporté par l’entreprise au “coût des marchandises vendues dans l’exercice”. Cette notion concerne les entreprises commerciales revendant en l’état des marchandises achetées. Marge commerciale = Ventes de marchandises – coût d’achat des marchandises vendues.

Marketing: Ensemble des activités d’études, de promotion, de distribution et de vente d’un produit ou service. Rentrent notamment dans le marketing : la publicité, la promotion, la fixation des tarifs et le packaging. C’est ce qui a conduit les entreprises à assurer elles-mêmes sur leur site,  leur blog ou les réseaux sociaux, la fonction de promotion.

Marketing-mix: Ensemble des décisions de marketing prises par une entreprise, à un moment donné, sur un produit/service ou sur l’ensemble de sa gamme pour influencer et satisfaire sa clientèle.

Elles concernent :

– le produit (par exemple : le choix d’un modèle familial, du niveau “bas de gamme”, sans création d’une marque, etc.),

– le prix (niveau de prix, conditions pour remise tarifaire, délais de paiement accordés, etc.),

– le mode de distribution (choix du canal de distribution, etc.),

– la communication (publicité, PLV : publicité sur le lieu de vente, etc.).

Marque: Signe distinctif, le plus souvent un logo ou une marque déposée comprenant un nom et un graphisme, attaché au produit ou service, ayant pour but de le distinguer des autres produits de la concurrence.

Médias sociaux: Communiquer via les réseaux sociaux permet de bénéficier des audiences très importantes de ces supports et donc de toucher une quantité très importante de population. De plus, les réseaux sociaux offrent aux entreprises un espace gratuit qu’elles peuvent utiliser pour établir des conversations avec les personnes intéressées par leur marque ou leur secteur. Traditionnellement, les espaces publicitaires sont limités en termes d’espaces disponibles et coûteux à acheter. Au contraire, les réseaux sociaux permettent pour une marque de déployer une véritable stratégie de contenus et de construire une relation durable avec les internautes. Il faut noter tout de même que chaque réseau tire profit de l’audience apportée aux marques en apportant des services payants. Facebook bride la portée des messages pour pousser les marques à débourser de l’achat de visibilité de leurs messages. Enfin, les réseaux sociaux permettent de bénéficier d’effet de viralité grâce aux interconnexions entre leurs membres. Si vous publiez des contenus intéressants, ils seront repris par les personnes qui vous lisent, puis par celles qui les lisent et ainsi de suite.

Mentorat: Les mentors fournissent des conseils d’affaires, ainsi que du soutien et de l’encouragement, pour aider les entrepreneurs à demeurer centrés sur ce qui compte vraiment pour le succès de leur entreprise.

Modèle économique: Principe de rentabilisation d’un projet. Le modèle économique désigne la façon dont l’entreprise va concrètement gagner de l’argent. C’est une partie très importante du plan d’affaires (business plan). Le “business-model” est l’appellation anglo-saxonne du modèle économique.

Motivation: Les motivations représentent le “moteur interne” qui donne l’énergie pour créer une entreprise, qui pousse le porteur de projet et le détermine à passer à l’acte.

Un créateur d’entreprise a souvent plusieurs motivations. Il doit les repérer toutes afin de vérifier qu’elles sont compatibles et cohérentes avec les perspectives et les exigences de son projet économique.

N

Nom commercial: Appellation ayant pour but d’identifier une entreprise commerciale.

Nom de domaine: Nom donné à un site internet. L’utilisation, pour un nom de domaine, d’une appellation appartenant à autrui peut entraîner des poursuites judiciaires.

Nouvelle Economie: Activité économique découlant de l’arrivée d’un nouveau type d’entreprises, les start-up (voir ce terme) :

– exploitant l’innovation technologique avec de nouveaux modes de communication et de nouveaux canaux de distribution (en particulier internet, mais aussi d’autres supports mobiles),

– nécessitant de nouvelles façons de travailler et de manager.

Toutefois, la frénésie provoquée par l’apparition du phénomène de la nouvelle économie a entraîné beaucoup de déconvenues à la fin du siècle dernier, du fait de la perte collective de certains repères et de principes de bon sens dans la gestion de toute entreprise, fût-elle en partie dématérialisée.

Networking: Développement de contacts professionnels pour nouer des relations commerciales, accroître ses connaissances, étendre une entreprise ou servir une communauté

NUANS: Un rapport NUANS de recherche de dénominations est exigé par le gouvernement fédéral et la plupart des gouvernements provinciaux / territoriaux lors d’une demande d’octroi de nouvelles dénominations en vue de leur utilisation. Les rapports énumèrent des dénominations et des marques de commerce semblables qui existent déjà; ils servent à déterminer la disponibilité d’une nouvelle dénomination proposée. Le fait de s’assurer que les nouvelles dénominations ne portent pas à confusion avec d’autres vise à protéger les entreprises et les consommateurs canadiens. https://www.nuans.com

O

Objectif: Les objectifs sont les buts que l’on souhaite vraiment atteindre en créant une entreprise. Il est important de prendre le temps de bien les définir et de vérifier qu’ils sont compatibles avec les potentialités du projet d’entreprise.

Offre: L’ensemble de produits ou de services que propose une entreprise. En création d’entreprise, il est particulièrement important de  savoir différencier son offre par rapport à celle de la concurrence. Au sens large, l’ “offre” évoque l’ensemble des propositions commerciales que font les entreprises intervenant sur un marché donné. (Exemple : sur le marché des ordinateurs portables, l’offre est dominée par HP et Dell)

Opportunité: Ce courant de pensée s’est intéressé à la notion d’opportunité comme une explication de l’entrepreneuriat qui peut être défini comme une découverte et une exploitation des opportunités d’affaires.

P

Partenariats (recherche): Les partenariats ou les alliances stratégiques peuvent contribuer à la croissance de votre entreprise sans que vous n’ayez à investir une grande part de vos propres fonds. Fusionner avec une entreprise existante ou en acheter une vous offre également des possibilités de croissance. Une partie du travail a déjà été fait à votre place, comparativement au lancement d’une nouvelle entreprise. En règle générale, une entreprise existante possède déjà ses propres marchés et sa clientèle, des installations de production, des travailleurs qualifiés et des gammes de produits ou services qu’il vous est possible d’intégrer aux vôtres.

Persévérance: La persévérance est la principale qualité des entrepreneurs qui réussissent.

Plan d’affaires: C’est un dossier écrit de présentation d’un projet de création d’entreprise (appelé aussi “business plan”). Il présente tous les aspects du projet : les créateurs, le produit ou le service, le marché (les clients), les moyens techniques qui seront mis en oeuvre, les moyens humains, le coût de ces moyens, les prévisions financières, le cadre juridique retenu, le planning prévu et tout autre aspect utile pour que le lecteur comprenne le projet. Ce document est indispensable pour expliquer un projet à un tiers et discuter avec différents partenaires (investisseurs, banquiers, administrations…). Il est aussi très utile pour matérialiser une vision commune du projet entre les associés.

Au niveau financier, le plan d’affaires comprend, au minimum :

– le compte de résultat prévisionnel,

– le plan de financement,

– le plan de trésorerie

– et le calcul du seuil de rentabilité.

Un plan d’affaires ne doit pas être un “pavé” rebutant à l’avance le lecteur : il ne doit pas dépasser 30 à 50 pages (les annexes : documents techniques, justificatifs, extraits des sources citées, documents de l’étude de marché, courriers, etc… doivent constituer un dossier à part). Un bon plan d’affaires doit être complet, concis, précis, clair, soigné et vendeur.

Plan financier: C’est un tableau financier figurant dans le plan d’affaires. Il récapitule et compare : les besoins durables de financement : frais d’établissement, immobilisations, besoin en fonds de roulement, éventuels remboursements d’emprunts, autres besoins, …

et les ressources durables de financement : capitaux propres, capacité d’autofinancement, emprunts à moyen ou long terme, autres ressources financières durables, …

Naturellement, les ressources doivent être au moins égales aux besoins. Si elles sont un peu supérieures, c’est plus prudent. Dans une création d’entreprise, ce tableau prévisionnel constitue la synthèse la plus concentrée de la vie financière future de l’entreprise. On distingue :

Le “plan de financement initial”, qui recense :

– les “besoins durables de financement” qui vont être engendrés par la création de l’entreprise,

– les “ressources financières longues” qui sont mises en regard pour satisfaire ces besoins,

– le “plan de financement à 3 ans” qui présente les besoins durables et les ressources durables qui apparaîtront au cours de chacune des trois premières années d’activité.

Plan marketing : C’est un document décrivant la clientèle potentielle d’une entreprise et une stratégie globale pour lui vendre ses biens ou services.

Prévisionnel financier: L’établissement de ces prévisions est une démarche itérative qui permet progressivement de faire apparaître tous les besoins financiers de votre future entreprise et les possibilités de ressources qui y correspondent. Cette étape va ainsi vous permettre de faire le va-et-vient entre les options prises sur votre projet, leur traduction en termes financiers et leurs conséquences sur les équilibres financiers.

Ainsi, progressivement, vous allez vérifier la cohérence financière de votre projet. Pour cela, vous serez peut être amené à prendre des décisions difficiles comme réduire vos ambitions sur telle ou telle option ou au contraire renforcer vos fonds propres. 

Profil entreprenariat: L’établissement de votre profil personnel, entrepreneurial, financier et professionnel vise plusieurs objectifs. Il comprend en général quatre étapes.

Projet: Un projet est entrepreneurial lorsque celui-ci répond à une problématique ou à un besoin.

Promotion: la promotion est une action commerciale de durée limitée mais forte. Pour un produit, elle correspond à l’ensemble des opérations pour le faire connaître et le faire utiliser.

Prospects: Consommateurs potentiels repérés comme pouvant devenir clients.

Q

Qualité de service: La qualité de service désigne la capacité d’un service à répondre par ses caractéristiques aux différents besoins de ses utilisateurs ou consommateurs (définition Afnor). Les caractéristiques prises en compte pour déterminer la qualité d’un service sont évidemment variables en fonction du service proposé. La notion de qualité de service s’applique au secteur des services mais également dans le domaine des produits en ce qui concerne les services associés et notamment le service après vente. Dans le domaine de l’hébergement Internet, les principales composantes de la qualité de service seront par exemple :

– la disponibilité des serveurs

– les temps de réponse

– les temps de chargement

– la réactivité en cas d’incident

Dans celui de l’hôtellerie, il s’agira de :

– la propreté des chambres

– la qualité de l’accueil

– la qualité de la restauration

Quittance: Acte par lequel le créancier déclare avoir reçu du débiteur le montant de la dette.

Quorum: Nombre d’associés ou d’actionnaires (ou la représentation des droits qu’ils détiennent dans le capital) nécessaires pour que la délibération d’une assemblée (générale ou extraordinaire) soit juridiquement valable.

R

Raison sociale: Nom attribué à certaines sociétés de personnes (principalement aux sociétés civiles professionnelles), composé du nom d’un ou plusieurs associés suivi des mots “et compagnie”.

Recherche de financement: Trouvez de l’information au sujet de vos droits et obligations liés à votre secteur d’activité. Conformez-vous à la règlementation en ayant les bons outils et guides.

Recrutement: La préparation de votre projet de création – ou les premiers mois d’activité – vous ont permis d’identifier des besoins en terme de moyens humains ?

Vous allez donc procéder à votre premier recrutement. C’est une décision importante car elle aura un impact :

– sur votre situation (vous allez devenir “employeur”),

– et sur l’organisation de votre activité (qui devra être adaptée).

Il est donc essentiel d’étudier soigneusement ce projet d’embauche, d’y consacrer le temps nécessaire, et de ne pas agir dans l’urgence.

Réglementation: Trouvez de l’information au sujet de vos droits et obligations liés à votre secteur d’activité. Conformez-vous à la règlementation en ayant les bons outils et guides

Réseautage: Les gens font des affaires avec d’autres gens. C’est pourquoi il est important d’élargir votre réseau et d’entrer en contact avec des personnes qui peuvent contribuer au succès de votre entreprise, qu’il s’agisse de clients, de partenaires ou même, de mentors.

Prenez un peu de temps pour effectuer une recherche sur des regroupements d’affaires, des clubs, la chambre de commerce de votre localité, les événements qui y sont liés et d’autres possibilités de rencontres dans votre région. Demandez de participer à titre d’invité, pour vérifier la pertinence de ces réunions. Assurez-vous de soigner votre apparence, d’agir de manière professionnelle et d’avoir des cartes de visite sous la main. Faites preuve de courage et établissez le premier contact.

Réseaux sociaux: Les entreprises, petites ou grandes, ont toutes quelque chose à gagner en étant actives sur les réseaux sociaux. Mais il ne s’agit pas de facebooker ou de tweeter à qui mieux-mieux, il faut connaître les bons et les moins bons coups. La présence virtuelle des entreprises est nécessaire, Facebook, Twitter, LinkedIn, Pinterest… les réseaux sociaux sont nombreux, mais ne sont pas tous avantageux pour tous les types d’entreprises. Il faut identifier les bénéfices qu’on peut en tirer, et si on ne fait pas les bons choix, on n’aura pas les bénéfices. Il faut non seulement bien choisir le ou les réseaux sociaux sur lesquels une entreprise à intérêt à figurer, mais il faut aussi être présent judicieusement sur ces réseaux.

S

Start up: Entreprise nouvelle :

– innovante par son activité, par son mode de commercialisation, ou par son mode développement,

– appelée à connaître une croissance rapide de son chiffre d’affaires, de son capital et/ou de ses effectifs.

Statut juridique: Acte constitutif du contrat d’une société ou d’une association, contenant certaines mentions obligatoires relatives à son fonctionnement et à son objet.

Stratégie: Pour faire fonctionner son entreprise, le chef d’entreprise doit prendre en permanence des décisions qui sont ensuite mises en application au travers d’une organisation qu’il a mise en place.

Ces décisions sont prises en se référant au plan de marche de l’entreprise (plan stratégique ou plan d’affaires ou business plan) qui a été prévu.

La stratégie sous-tend ce plan de marche. Elle combine les objectifs que l’entreprise souhaite atteindre et les moyens qu’elle a choisi de mettre en œuvre, à partir de l’analyse de son environnement. Elle tente d’indiquer où l’entreprise (le chef d’entreprise) veut aller, pourquoi, comment.

Subventions: Aide financière non remboursable, accordée à une entreprise le plus souvent par l’Etat ou une Collectivité locale. On distingue :

– les “subventions d’investissement”, dont l’objet est d’aider l’entreprise à acquérir certains équipements,

– les “subventions d’exploitation”, qui viennent compléter son chiffre d’affaires lorsque l’activité entraîne des surcoûts anormaux ou n’est pas de nature à pouvoir être rentabilisée, mais que cette activité est reconnue d’utilité pour la collectivité,

– et les “subvention d’équilibre”, destinées à combler en partie ou totalement la perte globale qu’aurait subie une entreprise sans cette subvention.

Les subventions sont à imputer au compte de résultat.

– Les subventions d’équilibre et d’exploitation doivent figurer dans les “produits exceptionnels”.

– Les “subventions d’investissement” doivent l’être de façon étalée, c’est-à-dire chaque année à hauteur seulement de la quote-part d’amortissement pratiquée sur le ou les biens partiellement financés grâce à cette subvention.

T

Taxes: Votre entreprise a plusieurs obligations relatives aux taxes. Vous devez payer des taxes à l’achat de biens ou de services. Vous devez également percevoir les taxes sur les biens et les services que vous offrez. Les sommes perçues doivent être remises à ce ministère. http://www.cra-arc.gc.ca/menu-fra.html

V

Valeur ajoutée: la valeur ajoutée est la création de valeur que l’entreprise, au cours de son activité, apporte aux biens et services en provenance des tiers.

Valeur ajoutée = valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire Production de l’exercice + Marge commerciale – Consommations en provenance des tiers

La valeur ajoutée sert :

  • à rémunérer les salariés, les prêteurs, les associés,
  • à couvrir les besoins de gestion (provisions),
  • à acquitter les contributions exigées par l’Etat (impots et taxes),
  • à maintenir l’outil de production (amortissements),
  • à financer la croissance (résultat et provisions à caractères de réserves).

Valeur Patrimoniale : Méthode de détermination de la valeur d’une entreprise, dite également « méthode de l’actif net corrigé». Sur la base de son bilan comptable, sa valeur est calculée par différence entre la valeur réelle de ses actifs et de ses dettes.

Vente à crédit : On parle de vente à crédit lorsque qu’un bien est financé par un concours bancaire à moyen terme. Le crédit a une durée généralement comprise entre 2 et 5 ans calculée sur la durée d’amortissement du bien. Il est assorti d’un taux d’intérêt qui varie selon les établissements financiers. Un apport personnel au moins égal à 20% du bien est généralement recommandé.

Vente à domicile : La vente à domicile désigne une forme de distribution réalisée auprès de particuliers, à leur domicile ou sur leur lieu de travail : 
-  par “porte-à-porte”,
-  ou par “vente par réunion privée” : un particulier réunit chez lui ou chez l’une de ses relations, une dizaine de personnes afin de leur proposer différents produits et d’en faire la démonstration (par exemple des articles ménagers, cosmétiques ou des vêtements).

Vice caché : Défaut d’une chose vendue, qui à premier examen ne se révèle pas, et qui la rend inutilisable. Le vendeur est responsable des vices cachés.

W

Warrant : Titre souscrit par un commerçant, dont le paiement est garanti par le dépôt de marchandises dans les magasins généraux. Le warrant est un effet de commerce.

Web : Partie de l’Internet qui permet l’utilisation de documents multimédias intégrant textes, images, pistes de son et bandes vidéo.

Y

Yield manager : Pour viser le plus juste possible, le yield manager – également appelé “revenue management” – surveille évidemment les offres de la concurrence, analyse les comportements des consommateurs et propose une politique tarifaire adaptée. C’est donc un poste transverse qui nécessite beaucoup d’échanges avec le service marketing et le département commercial.

Z

Zone de chalandise : Périmètre autour d’un point de vente, dans lequel se trouve sa clientèle potentielle. Les experts distinguent généralement deux zones principales de chalandise :

– la zone primaire dans laquelle les clients ne doivent pas mettre plus de 3 minutes à pieds ou en voiture pour rallier le point de vente,

– la zone secondaire où le temps de parcours est porté à 10 minutes.

Les temps indiqués sont à aménager en fonction du contexte (type d’urbanisation, voies d’accès, nature du point de vente, …).

Sources :

  1. Entreprises au Canada
  2. org
  3. Petite entreprise.net : P.E.net
  4. Agence pour la création d’entreprise : APCE
  5. Futurpreneurs